" la vue sur La Seine, le bac qui fait ses allers et retours"

"C’est la fenêtre de mon bureau, une pièce dans laquelle je dors en ce moment.
Je passe environ une heure par jour dans ce bureau habituellement. Depuis le confinement, c'est beaucoup plus. En temps normal, je fais un tour sur internet, je lis des articles, je vais sur facebook. Je fais mes papiers. Mais au final, je ne regarde pas trop par cette fenêtre.
La pièce n’est pas désagréable, mais pas particulièrement chaleureuse, il y a un aquarium, des livres, des plantes vertes - j’adore les plantes vertes - et puis la vue sur La Seine, le bac qui fait ses allers et retours, les lacs d’Anneville-Ambourville, l’abbaye de Saint Martin de Boscherville et parfois jusqu’à l’antenne des Essarts.

Habituellement, en ouvrant la fenêtre, on entend le vrombissement des bateaux, l’écho des matchs de foot, les voitures, et surtout, le souffle du vent. Aujourd’hui, j’entends les chiens aboyer au loin. Il n’y a tellement pas d’autres sons que c’est ce qui ressort.

Il y a quelques temps, j’ai fait une dépression sévère. C’est cette vue qui m’en a sorti. J’avais besoin d’air. Quand j’ai vu ce paysage, ça m’a donné de la force, j’ai emménagé ici.

Je suis un gars d’ici. Cette vue, elle me relie avec qui je suis."

 

 

 

Yohann, Duclair rue des Monts.

le 23 mars