"Le fait de voir loin, ça me fait penser aux villages, aux petits champs dans lesquels on cultive, c’est comme là où j’ai grandi au Sénégal."

“ C’est la fenêtre de la chambre, à l’étage.
Il y a un jardin derrière et devant la maison et après, c’est un bassin de rétention. On ne voit pas bien, mais il y a une route, assez passante, la rue Louis Lumière, et puis il y a une partie de la coulée verte et au-dessus, c’est la route qui remonte vers Fontaine la Mallet.


Quand on est arrivés, il y avait ce grand thuya, maintenant, on a planté une haie qui fleurit. L’idée c’était de planter des arbustes au pied des thuyas pour qu’ils aient de l’épaisseur, ça se développe tranquillement, ce sont des arbustes persistants qui donnent des fruits pour les oiseaux.

Le fait de voir loin, ça me fait penser aux villages, aux petits champs dans lesquels on cultive, c’est comme là où j’ai grandi au Sénégal. Je voyais des cultures. L’été, c’est tout sec, mais à la saison des pluies, c’est tout vert, comme là. Il pleut beaucoup dans la région où j’étais. Ces grandes herbes, ça me fait penser aux rizières.

On se met plutôt de l’autre côté de la maison, parce que quand il y a le soleil, il chauffe beaucoup ; alors, on reste à l’ombre du nord, c’est frais. Même s’il y a du bruit, on préfère l’ombre et puis on a le jardin. Avant on cultivait un peu mais depuis 3, 4 ans, on ne cultive plus. Le temps nous manque, on a les travaux, le travail…

Le confinement nous permet de couper la haie ! Et puis là, on continue nos travaux, c’était prévu depuis longtemps, mais comme le temps manque, alors c’est bien. Habituellement, je travaille, je commence à 7h du matin, mais ils ont changé les horaires pour démarrer à 6h, sauf qu’à 5h, je n’ai pas de bus !

Mais en fait, je n’aime pas rester à ma fenêtre parce que je n’ai pas de balcon, je regarde vite fait. J’ouvre les volets et puis je sors. Parfois je mets des fleurs sur le rebord des fenêtres, j’arrose, je désherbe. Sinon, je n’aime pas rester longtemps. Il n’y a rien à regarder. » 

 

Souadou, rue Henri Dunat, Le Havre

Le 10 avril