marilou.jpg

"Le dernier train est à 23h05 "

«C’est la fenêtre de la chambre. Je m’y mets plus souvent en ce moment, avant c’était plutôt le soir, la dernière clope, avec le chat.
La vue est limitée. Je vois le train qui passe, la gare à droite, je regarde les gens qui attendent.
J’aime bien regarder les gens, en général. Quand le train passe, on leur fait coucou, ils ne s’y attendent pas, n’ont pas le temps de réagir. On a juste le temps de surprendre leur regard changer : ils regardent le paysage, un peu ennuyés, et quand ils nous voient, on a parfois le temps de saisir l’étonnement dans les yeux, mais c’est fugace.

Le dernier train est à 23h05, c’est une sorte de signal pour nous dire : « il est temps de dormir » ! C’est la ligne Toulouse - Albi.
Le matin, ça démarre à 6h et quelques.
Il m’arrive de le prendre pour aller à Toulouse. Je me retrouve dans ce train à regarder la maison. Mon ami va à la fenêtre et me fait un coucou !

La nuit, l’ambiance est différente. Il y a les lampadaires. La lumière est très jaune et elle rentre un peu dans la chambre. Ça fait vieux village, calme, sachant que le dernier train est passé, c’est apaisé.

Personne ne s’aventure de l’autre côté des rails, même le chat. Ça arrive de voir du monde quand il y a l’entretien des rails, c’est surprenant d’ailleurs.
Il y a un bruit caractéristique, celui du changement d’aiguillage, ça fait un bruit sourd, qui résonne, c’est comme si quelqu’un entrait dans la maison et claquait la porte. Au début, le soir, avant que l’on comprenne de quoi il s’agissait, ça ne me mettait pas très à l’aise.

Les matins d’hiver, ça sent la rentrée, je ne sais pas trop expliquer, c’est le froid, l’humidité, je n’aime pas. Mais à cette fenêtre, je m’y mets plutôt quand il fait beau, et là, ça sent le chaud.

Le soir, le soleil rentre dans la pièce mais on n’y est jamais, la pièce est sombre, comme toute la maison. C’est l’ancienne maison du Chef de gare. Les murs sont très épais pour empêcher la chaleur de rentrer, alors la fenêtre est profonde. Ça me donne l’impression qu'elle est toute petite.
Elle est dans un coin de la chambre, avec une armoire un peu devant, on ne peut pas l’ouvrir complètement. De toutes façons, la vue...
Finalement, ce n’est pas une fenêtre très sympathique, mais il n’y en a aucune que j’aime. Ce n’est pas pénible parce que j’ai un jardin. Et puis, j’ai vécu dans un appartement avec un velux et je ne voyais rien, sauf à monter sur le canapé.

Mes fenêtres idéales, ce sont des grandes baies vitrées, de la lumière, et le soleil qui rentre et chauffe la maison. La fenêtre, c’est se poser, boire un thé et regarder au loin.»

 

 

 

Marilou, Saint Sulpice la Pointe, Chemin de la Messale.

le 6 avril