"Il y a cette odeur de béton mouillé, je ne sais pas dire pourquoi j’aime bien cette odeur, c’est comme aimer le Tiramisu ou les lasagnes, on ne sait pas pourquoi."

« C’est la fenêtre de ma chambre, je vois pas mal d’arbres au premier plan, on dirait que les nuages vont tomber. Derrière, il y a une petite montagne, une maison en construction et on voit la roche qui s'étend et un village derrière, juste avant le ciel.
La colline, on dirait que derrière il y a du vide et que les nuages remontent, comme s’ils sortaient de terre, ça fait toujours ça. Souvent j’essaye de trouver des formes.

J’ai un bureau juste à côté, et souvent, depuis mon bureau, je regarde par la fenêtre.
Je fais mes devoirs au salon, le bureau, c’est le bricolage et le dessin. J’aime bien ce paysage, on dirait vraiment qu’un géant a pris les objets et les a posés pour faire le paysage. Tout est posé, comme s’il n’avait pas réfléchi, comme si c’était posé au hasard. Si moi j’avais été le géant, j’aurais mis les montagnes à la place de mon immeuble et le ciel à la place de la terre, ça changerait la façon dont les rayons du soleil vont dans la vallée.

Le plus souvent, je regarde loin, mais j’aime bien voir ce qui se passe dans la rue. Il ne se passe pas grand-chose… surtout en ce moment, il n’y a pas de train. Habituellement, c’est très animé dans les trains. Là, il n’y en a plus aucun, juste un train de marchandises à l’arrêt.

Je n’ai rien changé dans mon bureau, sauf que j’en ai un nouveau. Il me sert à ranger mes affaires pour le modélisme : je fais des maquettes… En ce moment, je réalise les falaises d’Hoka Jima, c’est une île japonaise. C’est un peu comme le débarquement, mais au Japon. Il y a eu une énorme bataille, là, je fais les restes de la bataille. Je fais ça avec de la mousse expansive, du papier toilette et de la colle pour faire la mer puis de la peinture acrylique et des pigments pour faire du sable...
J’ai commencé le modélisme à peu près en même temps que le confinement. Je regarde souvent par la fenêtre parce que ça donne des idées pour faire ma végétation et mes bâtiments.
Je ne sais pas ce qui est possible ou non en architecture, alors j’observe les bâtiments et je les refais en mousse.

Ma fenêtre, à part le soir quand les montagnes sont éclairées, c’est là que je les préfère. C’est comme si on mettait une grosse lampe rose sur la falaise et que ça l’éclairait.
Quand j’ouvre la fenêtre, en ce moment, ce sont les oiseaux et les voitures, les gens qui applaudissent. En temps normal, j’entends le bruit des trains qui freinent, ça fait comme un grincement de porte mélangé au moteur d’une voiture.

Il y a cette odeur du béton mouillé quand il pleut, quand il a fait beau et qu’il a plu. J’aime bien cette odeur. Ça sent un peu comme une fleur qui aurait complètement séché sur laquelle on aurait ajouté du malabar. C’est une odeur agréable, elle picote le nez. Je ne sais pas dire pourquoi j’aime bien cette odeur, c’est comme aimer le Tiramisu ou les lasagnes, on ne sait pas pourquoi... »

 

 

 

Léopold, La Roche sur Foron 

le 24 avril