"Je suis souvent dans ma cuisine pour cuisiner ou juste pour me mettre à la fenêtre. C’est ma pièce."

« C’est la fenêtre de la cuisine.

J’y suis assez souvent, c’est là où je vois le plus de choses.

En règle général, les gens qui vont à Auchan, qui prennent le tram, il y a tout le temps du mouvement. Quand j’ouvre, j’entends les mouettes et le tramway, la sonnerie parfois…  Au début, elle me dérangeait parce que le tram passe tout à côté, maintenant, je n’y fais plus attention. Mais pour moi, c’est signe de danger, du coup, ça attire mon œil vers l’extérieur. En ce moment, c’est bizarre, je n’entends rien. Les gens diraient que c’est agréable, moi, j’aime bien quand il y a du bruit, du mouvement.

 

La fenêtre, je m’y mets souvent le matin, quand je me réveille, c’est une sorte de rituel. J’ouvre ma fenêtre, je prends mon petit-déjeuner. Ça peut aussi être en fin de journée.

Globalement, je suis souvent dans ma cuisine pour cuisiner ou juste pour me mettre à la fenêtre. C’est ma pièce. Mes enfants sont un peu interdits d’entrer ! Ça me permet de souffler, d’être tranquille. En général, les enfants viennent souvent à côté de moi, ce sont des aimants ! Alors, parfois, je ferme la porte.

 

J’habite là depuis 5 ans, je m’y sens bien, je suis du Mont-Gaillard, c’est mon quartier, j’ai toujours vécu ici, j’aime bien. Je connais la plupart des personnes, on a les écoles, Auchan, tout est à proximité, c’est rassurant, j’ai mes habitudes.

 

Avec le confinement, c’est surtout pour les enfants que c’est difficile, j’ai réaménagé mon balcon en mettant les jouets qui étaient dans la chambre, l’idée c’était qu’ils puissent prendre l’air. Ils jouent sur le balcon, mais ils me demandent quand même pour sortir.  J’ai la chance que mon immeuble soit fermé en bas, il y a une clôture, alors je me dis qu'il y a moins de risques, ils ne peuvent pas croiser du monde. »

 

Maïle, le Havre, rue de la Bigne à Fosse.

le 21 avril